Content Gardening Studio, Auteur à Content Gardening Studio

Content Gardening Studio

Notre sélection de plugins WordPress d’importation et d’exportation

WordPress est une plateforme assez populaire de gestion de contenu permettant la création de sites web performants et attrayants. Elle peut être utilisée pour concevoir des sites web avec des objectifs différents (création de site de e-commerce, de site d’entreprise ou de blog).

De manière plus concrète, un site WordPress intègre différents types de publications ou contenus. On y trouve des pages, des menus, des articles, des (comptes) utilisateurs ainsi que des commentaires. Par ailleurs, bien qu’il existe des types de contenus par défaut, la plateforme vous permet également de personnaliser les vôtres.

Dans le cas d’un projet de refonte de votre site web, il est important de veiller à l’exportation d’un certain lot de données plutôt que celle de l’ensemble du site. Ceci n’est pas simple. Dans de pareilles situations, plusieurs outils d’import-export peuvent être utiles. Certains sont intégrés par défaut dans la plateforme. Certaines fonctionnalités avancées nécessitent cependant l’ajout de nouveaux plugins pouvant faciliter la migration de données lors de processus complexes. Dans cet article, nous présenterons les plugins WordPress les plus populaires de cette catégorie.

Plugin WordPress WP ALL IMPORT

Il s’agit d’un puissant plugin WordPress d’import-export dont les multiples fonctionnalités vous rendent le processus d’importation et d’exportation de données plus flexible et simple. Son interface glisser-déposer avec laquelle il est livré vous permet d’importer assez rapidement des fichiers CSV ou XML sur votre site. L’avantage de ce plugin réside dans le fait qu’il ne nécessite pas une certaine organisation des fichiers avant leur importation. Aussi, à travers son processus d’importation segmenté en quatre étapes, vous pourrez aisément transférer des utilisateurs, des publications ou d’autres données du site sans tracas. Vous pouvez par ailleurs le télécharger ici.

Plugin WordPress d’importation et d’exportation de données utilisateurs

Ce plugin vous permet de transférer en toute sécurité les données d’utilisateurs de votre site WordPress vers un autre. Au moyen de cet outil gratuit, vous pouvez aisément importer et exporter des mots de passe vers ou encore depuis votre site web grâce à un fichier CSV. Par ailleurs, l’une des grandes particularités de ce plugin est la disponibilité de plusieurs fonctionnalités permettant le filtrage pour une exportation sélective des différents utilisateurs de votre site. L’exportation peut alors être réalisée selon l’adresse email de l’utilisateur, son rôle ainsi que la plage de sa date d’enregistrement.

Outre la migration, ce plugin WordPress peut également servir à la mise à jour en masse des données utilisateurs de votre site. Grâce à ce plugin et sa compatibilité multisites, l’un des avantages de ce plugin WordPress, vos utilisateurs peuvent conserver leur mot de passe précédent et le réutiliser sur le nouveau site importé.

Export All URLs

Si vous recherchez un plugin WordPress assez pratique et simple qui vous permet d’importer et d’exporter les titres, identifiants et catégories des pages / URLs, ce plugin est sans aucun doute ce dont vous avez besoin. Il vous sera très utile au moment des audits de sécurité, pour du paramétrage de redirections, au moment du référencement, mais également lors de la migration du site.

Les filtres avec lesquels il est livré vous permettent une sélection efficace par plage de dates et par auteur. Ce plugin est disponible ici.

WordPress Comments Import-Export

Plugins d'import/export WordPress - import export de commentaires wordpress

Ce plugin WordPress est connu pour aider les développeurs à importer et exporter facilement les commentaires d’un site web à un autre. Il vous permet aisément d’importer des commentaires d’articles et de produits provenant d’une plateforme de commerce électronique. Au moyen de ce plugin, vous pouvez également importer des commentaires en masse ou procéder à un filtrage avant l’opération.

Par ailleurs, ce plugin est compatible avec wpDiscuz et WooDiscuz, et ne prend en compte que les fichiers au format CSV. Pour la prise en charge des format XML, vous devez passer à la version premium. Vous pouvez retrouver ce plugin en téléchargement ici.

WP IMPORT-EXPORT LITE

Plugins WordPress Import/Export - WP import export lite

Les plugins précédents étaient beaucoup plus spécifiques quant à leur utilité. Le WP IMPORT-EXPORT LITE vous permet d’importer et d’exporter toutes les données de votre site web WordPress. Il prend en compte plusieurs formats de fichiers dont XLS, JSON, CSV, XLSX, XML et TXT.

Pour rendre le processus d’importation et d’exportation assez flexible, il vous est possible de mettre en pause, d’arrêter et de reprendre le processus. L’avantage, c’est que plusieurs processus peuvent être exécutés simultanément. De plus, ce plugin WordPress apporte des fonctionnalités supplémentaires comme le journal du processus d’importation, l’importation et l’exportation en arrière-plan, et la prise en charge de plugins tiers (en l’occurrence WPLM, « One drive import », « Google drive import », ACF et « Dropbox import »).

Conclusion

WordPress est une plateforme avec plusieurs potentialités. Ce système permet la conception de sites web de différentes natures, mais est également conçu de manière à faciliter le travail des développeurs au moyen de plugins divers. Pour les besoins d’importation et d’exportation de données, nous disposons d’une panoplie d’outils visant tous le même objectif, mais présentant chacun ses spécificités.

Comment faire des tests A/B dans WordPress avec Jupiter X et Google Optimize

Vous avez donc décidé de faire un test A/B sur votre site WordPress avec Google Optimize mais vous n’y connaissez pas grand-chose ?

Google Optimize est probablement le meilleur outil pour vous aider à analyser les résultats des tests A/B sur votre site. Il s’agit d’un outil très populaire qui vous aide à collecter des données importantes sur le comportement des visiteurs de votre site Web et à utiliser ces résultats pour améliorer vos taux de conversion.

Dans cet article, nous discuterons des principales étapes essentielles à la réussite des tests A/B dans WordPress.

Qu’est-ce que le test A/B ?

Le test A/B est une technique de recherche sur l’expérience utilisateur. Cette technique est surtout utile lorsque nous souhaitons recevoir des retours des utilisateurs sur le nouveau design d’une page/d’un article/d’un produit, par exemple.

Les propriétaires de sites ont tendance à utiliser des pages par défaut pour leurs contenus. Ces pages contiennent toutes les informations nécessaires aux utilisateurs, telles que les informations sur les produits, les services, les médias (images, vidéos), etc. Chaque page dispose de paramètres prédéfinis pour sa présentation, c’est-à-dire : une mise en page (les techniciens parlent souvent de « template ») et un style.

Cependant, les choses changent au fil du temps et les nouvelles tendances en matière de conception, les nouvelles techniques d’acquisition d’utilisateurs ou les changements de comportement des utilisateurs peuvent nous inciter à apporter des modifications à nos pages. Malheureusement, le processus pour changer votre page Web peut s’avérer difficile, et il faut arriver à décider quels changements valent la peine et lesquels ne le valent pas. C’est là que les tests A/B entrent en jeu.

Avant d’apporter des modifications importantes au site en ajoutant une nouvelle conception ou en supprimant certains éléments, il est judicieux d’expérimenter ces nouvelles fonctionnalités en exécutant des tests A/B pour évaluer comment les utilisateurs interagiront avec les modifications. Par exemple, les tests A/B sont utiles lorsque vous désirez :

  • Tester différents noms pour des pages ou des produits
  • Dévoiler une nouvelle page de destination avec un contenu différent et/ou une configuration spécifique
  • Tester différentes couleurs pour les boutons CTA (Call To Action)
  • Faire une refonte complète d’une page en intégrant des éléments de contenu et de mise en page différents, par exemple boutons, médias et CTA différents

Le processus de test A/B implique une expérience aléatoire dans laquelle deux ou plusieurs versions de conception de page (pour des articles, pages de produits, etc.) sont affichées pour différents segments de l’audience. Le but de l’expérimentation est de définir quelle version a le plus d’impact sur les ventes ou fait la plus grande impression.

Supposons que vous ayez besoin de tester une page de destination repensée avec de nouvelles images et vidéos. Vous ne pouvez pas simplement apporter des modifications à votre page de travail réelle. Au lieu de cela, vous devez créer une nouvelle page et la reconcevoir avec un nouveau contenu, de nouveaux médias et une mise en page. Une fois que vous avez terminé, vous pouvez exécuter un test programmé en envoyant vos utilisateurs de manière aléatoire sur ces pages.

Après avoir terminé un test A/B, tout ce que vous avez à faire est de collecter et examiner les résultats. Ces résultats dépendent des caractéristiques d’un test A/B, mais en général, cette technique simplifiera le processus de modification de vos pages.

Bien sûr, il est important de choisir les bons outils pour effectuer vos tests A/B. Ici, nous choisirons Google Optimize, populaire pour ce besoin, pour WordPress.

Configuration de Google Optimize

Il existe de nombreux outils de test A/B et ils ont tous leurs avantages et leurs inconvénients. Certains sont chers et d’autres sont totalement gratuits, certains ont des fonctionnalités que vous n’utiliserez jamais et d’autres ne font que l’essentiel.

À notre avis, Google Optimize est un excellent outil pour commencer à expérimenter les tests A/B car il est gratuit, facile à configurer. De plus, il est très facile à intégrer dans WordPress. Autre avantage, il est lié à un autre excellent outil, Google Analytics, quasi-incontournable pour nos sites web. Cette intégration rend Google Optimize encore plus utile comparé aux alternatives.

La configuration de Google Optimize est simple et peut se faire en plusieurs étapes. Plongeons-nous dans ce processus de configuration.

Ouvrez la page de Google Optimize et cliquez sur le bouton qui permet de démarrer.

test A/B

Google vous posera plusieurs questions sur le partage de vos données avec d’autres services. Vous pouvez sélectionner les options que vous souhaitez ici car cela n’affectera pas la fonctionnalité du service.

Test A/B

Dans la dernière étape, vous devrez accepter les services proposés et cliquer sur Terminé. Ensuite, vous pourrez afficher le tableau de bord Google Optimize.

Test A/B

Vous verrez cette fenêtre dans Google Optimize où vous pouvez démarrer une nouvelle campagne en cliquant sur le bouton Let’s Go.

Google optimize

Facile, non? Une fois ces étapes passées, nous devons lier notre site au tableau de bord de Google Optimize.

Lier votre site à Google Optimize

Google Optimize peut être lié à votre site via deux méthodes différentes :

La première méthode consiste simplement à ajouter cet extrait de code en haut de la balise <head> de votre site Web :

<script src= »https://www.googleoptimize.com/optimize.js?id=OPT-XXXXXXX »></script>

Ce code unique, contient votre code Google Optimize et se trouve dans votre tableau de bord en cliquant sur Paramètres en haut à droite :

Google optimize

Vous l’avez compris, on doit maintenant ajouter l’extrait de code indiqué (<script>…</script>) à la balise <head> du site WordPress.

Heureusement, l’ajout de ce code dans Jupiter X est très simple ! Allez simplement de l’avant et accédez à Jupiter X > Panneau de configuration > Paramètres. Vous y verrez la possibilité d’ajouter un extrait de code de liaison :

Google Optimize

La deuxième méthode est plus simple et peut être effectuée à l’aide de plugins WordPress. Ces plugins se chargent de l’intégration puisqu’ils supportent déjà Google Optimize en plus de leurs fonctions principales. Ces plugins incluent :

  • Kit de site Google : il s’agit d’un plugin officiel de Google utilisé pour connecter plusieurs autres produits Google à votre site Web, y compris Google Optimize.
  • GA Google Analytics : Dans ce plugin, vous devrez fournir un code de suivi Google Optimize pour connecter Google Optimize. Veuillez consulter l’image ci-dessus pour un code Optimize.

Sur la base de ces informations, c’est à vous de décider quelle méthode utiliser. Si vous souhaitez uniquement ajouter Google Optimize, vous devrez peut-être ajouter le lien vers votre balise WordPress Head. Si vous envisagez d’ajouter d’autres produits Google, vous pouvez envisager d’utiliser le Google Site Kit.

Créez et exécutez un test A/B

Maintenant que nous avons tout configuré, nous sommes prêts à créer notre premier A/B testing ! Allez-y et cliquez sur le bouton Let’s Go (nous avons posté une capture d’écran ci-dessus) et donnez un nom à votre projet. Vous devrez également fournir un lien vers la page que vous souhaitez tester A/B :

Google Optimize

Une fois que vous aurez cliqué sur le bouton Créer, vous serez redirigé vers une page où vous devrez ajouter des variantes de vos pages existantes :

Google optimize

Utilisez le bouton Ajouter une variante (Veuillez noter que l’extension Google Optimize Chrome est requise pour modifier les pages via l’extension Google. Le programme vous proposera d’installer l’extension lorsque vous cliquerez pour la première fois sur Ajouter une variante). Saisissez le nom de votre page de test, par exemple « Meilleure couleur pour le CTA », puis cliquez sur Terminé.   Une variante de la page sera créée pour le test et vous verrez cet écran :

Google optimize

Maintenant, cliquez sur le bouton bleu Modifier et votre page s’ouvrira dans un éditeur. Exemple :

Google optimize

Et voici la même page après édition :

Google optimize

Comme vous pouvez le voir, nous avons changé l’apparence du bouton CTA. Nous souhaitons déterminer quel bouton est le plus attrayant : un bouton transparent ou un bouton de couleur unie.

Une fois que vous avez terminé, cliquez sur le bouton « Enregistrer » dans le coin supérieur, puis sur « Terminé ». Votre page de test a déjà été publiée et vous serez redirigé vers l’écran contenant la page des variantes.

De là, vous pouvez ajouter autant de variantes que vous le souhaitez. Après avoir créé vos pages de test, faites défiler vers le bas pour voir les sections Ciblage de page et Ciblage d’audience. Ici, vous devrez définir des règles d’apparence pour votre page de test et sélectionner le public auquel vous souhaitez montrer votre test :

À l’étape suivante de la mesure et des objectifs, Google vous demandera de lier Google Optimize à l’un de vos comptes Google Analytics. Choisissez-en un dans le lien et il sera sélectionné :

À la dernière étape des Objectifs, choisissez l’objectif de votre test et enregistrez-le. Vous avez le choix entre des objectifs prédéfinis, mais vous pouvez également ajouter des objectifs personnalisés :

Une fois que vous avez terminé toutes ces étapes, faites défiler vers le haut et vous verrez que le bouton Démarrer a été activé. Cela signifie que vous êtes prêt à partir !

Examen des résultats des tests

Maintenant, une fois que vous avez tout configuré et que vous exécutez vos tests A/B, vous pouvez faire une pause et attendre les résultats. Ne vous attendez pas à les voir immédiatement, car il faudra plus d’une semaine pour voir des résultats normaux sur votre page de résultats, qui ressemblera à ceci :

Vous devriez maintenant avoir une compréhension claire de la façon dont l’expérience a été réalisée. Les taux de conversion de la page d’origine sont toujours meilleurs que la conversion de la page de test, ce qui signifie que les modifications ne sont pas aussi efficaces ; la page d’origine fonctionne bien mieux que la nouvelle page de test.

Conclusion

Maintenant que vous savez effectuer correctement les tests A/B avec Google Optimize, vous avez la possibilité d’orienter votre site Web dans la bonne direction. Apporter des modifications sur votre site Web, surtout si vous avez un large public, peut être risqué à moins de les tester au préalable. Avec une compréhension claire des tests A/B dans WordPress, vous pouvez garder une longueur d’avance et mener des expériences et des campagnes de tests pour obtenir des retours plus constructifs de votre audience.

Plone : Un CMS ergonomique et open source du monde Python

Un des premiers systèmes populaires de gestion de contenu du monde « Python » s’appelle « Plone ».

Depuis bientôt 20 ans, ce système a toujours su évoluer au niveau des paradigmes pour les développeurs back-end, les intégrateurs de contenus, et les développeurs front-end, de manière à permettre la mise en œuvre de projets de complexité moyenne à très haute. Oui, car Plone n’est pas adapté pour les sites web simples, c’est même déconseillé !

Ce CMS très ergonomique s’appuie principalement sur le serveur d’application web « Zope ».

 

Basé sur Zope, un des précurseurs des frameworks web Python

Zope est un mega-framework web souvent considéré par les « insiders » comme le « grand-père » des frameworks tels que Django. Les développeurs de Zope avaient compris des tas de choses essentielles en termes de possibilités pour des projets web complexes, qu’on ne trouve pas forcément dans les frameworks venus après, et dont Plone bénéficie.

On retient en particulier la base de données orientée objet, intégrée au serveur d’application, la « ZODB » (Zope Object Database). La ZODB est un système de persistence des données liées à des classes d’objets créées pour représenter les contenus. Précisons, si c’est nécessaire, que ce n’est pas un ORM ; c’est une base de données, écrite en Python, que l’on classerait parmi les systèmes NoSQL. Ce système supporte entre autres :

  • les transactions,
  • l’historisation des changements (révisions), ce qui offre une fonctionnalité « Undo » permettant de revenir en arrière sur des révisions au niveau d’un objet (un objet de contenu ou un objet technique),
  • les systèmes de stockage « plugable » (filestorage, blobstorage, temporarystorage, etc…)

Avantage intéressant, pour un développeur dans ce contexte, le paradigme qui consiste à installer une base de données SQL et mettre en place une connexion à cette base de données avant de pouvoir démarrer son projet n’existe. En tout cas, pas par défaut, et pas pour la plupart des projets. Ici, le développeur pense plutôt « objets », avec des objets construits à partir de classes d’objets et interfaces programmatiques spécifiques. Pour de la gestion de contenu, les objets représentent les éléments de contenus, avec une gestion hiérarchique possible (dossiers, sous-dossiers, etc), et ils sont automatiquement persistés grâce aux mécanismes de la ZODB.

Quant aux autres mécanismes fondamentaux pour la mise en œuvre d’applications web, ils sont apportés par des composants complémentaires tels que :

  • le « publicateur d’objets », qui met en œuvre tout ce qui permet aux objets d’être accessibles via des requêtes web,
  • le sous-système « Zope Page Templates », pour la présentation des objets de contenu et le développement d’interfaces (pages HTML),
  • le serveur web interne « ZServer », pour servir les requêtes HTTP, et éventuellement FTP et/ou WebDAV,
  • le mécanisme de contrôle d’accès basé sur des « permissions » et des « rôles » attribués aux comptes utilisateurs,

 

Plone, un CMS riche en fonctionnalités pour les projets d’entreprises

En intégrant tout ce qu’apporte le framework de base, Zope, les développeurs de Plone sont allés plus loin en spécialisant certains composants, et en ajoutant d’autres, de manière à fournir les services qu’exigent un CMS de haute volée, et pouvant être optimisé pour la montée en charge.

L’atout principal de ce CMS est son interface utilisateur / interface d’administration, et la puissance donnée aux intégrateurs de contenus, via celle-ci.

Mais les avantages de Plone, pour des projets exigeants, sont nombreux. On peut citer entre autres :

  • L’organisation des contenus du site utilisant un modèle hiérarchique, nativement, et permettant des URLs propres et intuitives. Grosso-modo, il n’y a rien de spécial à faire, l’intégrateur de contenus peut travailler comme il le ferait sur le système de fichiers de son ordinateur, en créant des dossiers/sous-dossiers et des documents.
  • Le moteur de recherche intégré et fonctionnel dès la création d’un site.
  • La possibilité de se connecter à un annuaire LDAP pour les comptes utilisateurs du site, grâce à un module d’extension.
  • La possibilité de se connecter à des bases de données SQL pour des fonctionnalités complémentaires à la publication de contenu classique.
  • La possibilité de créer des sites multilingues, grâce à un module d’extension.
  • Le modèle de sécurité, permettant à l’administrateur du site d’autoriser l’accès aux contenus selon les besoins du projet, de manière fine, y compris au niveau local dans des sections (au sein de l’arborescence des contenus).
  • Un riche écosystème de modules d’extension et de solutions, grâce à la communauté de développeurs et d’utilisateurs.
  • Python et toutes ses possibilités. Chaque fois que vous avez un besoin ou un cas d’utilisation, si vous pouvez le résoudre avec du développement Python, alors vous pouvez le résoudre dans le contexte d’un projet Plone. Vous partirez à priori du code Python nécessaire (bibliothèques et/ou APIs, et code faisant appel à ces éléments) que vous allez « packager » dans un module d’extension pour le système Plone. Évidemment, c’est une question de compétences à acquérir ; au-delà de savoir développer en Python, il faut connaître un certain nombre de protocoles, APIs internes et pratiques de développement pour Plone.

 

Pour en savoir plus sur Plone

Pour en savoir sur Plone, ses possibilités et les retours d’expérience d’utilisateurs :

  • Visitez le site officiel https://plone.org,
  • Visitez le site de démonstration https://demo.plone.org.
  • Contactez-nous pour en discuter et profiter de nos 15+ années d’expérience avec ces technologies.

5 manières de gérer un site WordPress à grande échelle

Vous connaissez sûrement WordPress comme un des systèmes de conception de blogs et de sites web les plus populaires du monde. Cependant, êtes-vous réellement conscients de toutes les possibilités et de la puissance qu’offre ce CMS ? En effet, ce système de gestion de contenu s’est profondément amélioré au fil des années, et le nombre de sites web à grande échelle qui l’utilisent ne cesse de croître.

Pour prouver l’efficacité de ce système, les statistiques nous révèlent qu’en mars 2021, WordPress a hébergé 40% de tous les sites du web. Ainsi, au regard des 32% observés il y a 3 ans, il ne fait l’ombre d’aucun doute que la croissance de ce CMS ne faiblit pas.

Mais avant d’aller plus loin dans cet article, clarifions le concept de « site web à grande échelle ».

Qu’est-ce qu’un site web à grande échelle ?

On peut dire d’un site web qu’il est à grande échelle lorsqu’il respecte certaines caractéristiques. Celles-ci sont, entre autres : un nombre élevé de visiteurs, un nombre élevé de transactions, s’il s’agit d’une boutique en ligne, ou encore un nombre important de données qu’il contient. Pour étayer notre explication, un site web qui comptabilise un million de visiteurs hebdomadaires peut être qualifié de site web à grande échelle.

Cependant, WordPress possède-t-il des limites en matière de mise à l’échelle ? Et les règles de ce CMS varient-elles d’un site web à un autre ? Nous aurons les réponses à ces questions dans la suite de cet article à travers les « 5 points » à prendre en compte pour gérer un site web à grande échelle.

Choisir le bon hébergement

L’infrastructure liée à l’hébergement du site joue le rôle le plus important dans la mise à l’échelle de ce dernier. Pour diverses raisons techniques, un bon hébergement peut continuellement améliorer les performances de votre site.

Par ailleurs, nous vous déconseillons les hébergements qui imposent des limites d’utilisation de l’espace serveur. Prenez le temps qu’il faut et renseignez-vous afin de choisir le meilleur partenaire d’hébergement pour votre projet. Parmi les types d’hébergement proposés par les hébergeurs, on en retrouve quelques-uns qui peuvent être utilisés pour des projets à grande échelle. Présentons-les.

VPS ou Serveur Privé Virtuel : L’hébergement VPS peut être utilisé pour des projets de moyenne à grande échelle. Ce type d’hébergement a une longueur d’avance sur l’hébergement partagé et l’hébergement WordPress dédié, dont on va parler juste après, car il fournit un espace unique pour chaque projet sur le serveur et maintient vos données séparées de celles des autres utilisateurs. Cependant, bien qu’il s’agisse d’un excellent choix en termes d’options de personnalisation et d’espace de stockage, l’hébergement VPS peut avoir des problèmes avec des niveaux de trafic élevés et des pics. Si vous décidez d’opter pour l’hébergement VPS, assurez-vous qu’il offre de nombreuses ressources et options de mise à l’échelle au cas où votre site subirait une demande accrue.

Hébergement WordPress dédié : D’abord et avant tout, l’utilisation de ce type d’hébergement nécessite une certaine maîtrise de l’administration et de la maintenance de serveurs. Ce type d’hébergement implique la location d’un serveur vous-même, vous permettant d’avoir un accès « root » et administrateur complet à tout. Bien que tout soit sous votre contrôle, ce degré de contrôle a parfois un prix : l’hébergement dédié est l’une des options d’hébergement les plus chères. Cette option est clairement adaptée pour les projets où vous avez besoin d’un contrôle complet du serveur, et pour lesquels vous disposez de l’expertise technique nécessaire.

Hébergement cloud : Ce type d’hébergement implique plusieurs machines travaillant ensemble pour fournir une infrastructure cloud. Comme le site Web et son infrastructure fonctionnent sur des ressources informatiques combinées, ce type d’hébergement est très bon pour faire évoluer votre projet. L’hébergement cloud vous permet d’augmenter les ressources de votre projet en quelques actions, voire en un seul clic. De plus, le propriétaire du site Web ne paie que pour les ressources utilisées, et il y a rarement un prix fixe. Enfin, avec l’hébergement cloud, les ressources étant réparties sur de nombreux serveurs, le temps d’arrêt du projet est réduit à presque zéro.

Hébergement géré : Ce type d’hébergement ne repose pas sur sa propre infrastructure, mais offre à la place une configuration matérielle et logicielle, une maintenance et un support technique pour les fournisseurs d’hébergement tiers à grande échelle. Il s’agit essentiellement d’une version simplifiée de l’hébergement dédié, mais un serveur correctement configuré peut gérer des pics de trafic de haut niveau.

Hébergement wordpress

Hébergement wordpress

La gestion de la performance et l’optimisation

À tout égard, il est évident que les sites web à grande échelle méritent d’être nettement plus optimisés que les blogs occasionnels ou les petits sites « vitrine ». Et, en termes d’optimisation de site web, chaque détail compte. Plusieurs points sont absolument indispensables lorsque vous travaillez sur l’optimisation de votre site web. Au nombre de ces derniers, on compte :

  • Le caractère indispensable d’un logiciel mis à jour
  • L’optimisation du processus d’arrière-plan
  • L’utilisation d’un CDN (Content Delivery Network)
  • L’utilisation de « thèmes » optimisés pour la vitesse
  • Le choix de « plugins » plus rapides
  • Eviter de stocker les fichiers multimédias sur WordPress

Une meilleure gestion du cache

Le cache WordPress est une fonctionnalité qui stocke des données en mémoire temporairement sur le serveur afin de réduire le temps de chargement des pages du site web. Dans le cas de sites à grande échelle, il peut arriver que votre serveur ait du mal à fournir des services à tous les utilisateurs. C’est là qu’entre en jeu la fonction de mise en cache. Télécharger et activer un plugin de mise en cache aura pour effet d’accélérer la vitesse de chargement de votre site de 2,5X et 5X.

Une solution de mise en cache efficace et optimale est alors indispensable. Sur le marché du web, on en retrouve une multitude, dont les plus populaires sont :

  • Cache total W3
  • Cache WP
  • WP Rocket
Plugin wordpress

Plugin wordpress

Optimisation de la base de données

La base de données du site web, généralement sous le système MySQL ou MariaDB, est l’emplacement où l’on stocke et collecte de nombreuses informations. Ces données peuvent être classifiées en données importantes et en données temporaires (révisions, commentaires de type « spam », journaux, corbeille, etc). Le stockage de ces derniers pendant une longue période n’est souvent pas nécessaire et elles sont régulièrement effacées. Ainsi, une base de données non optimisée devient au fur et à mesure lente et peu maniable.

Vous pouvez vous servir de l’outil d’administration phpMyAdmin pour optimiser votre base de données. Pour ce faire, vous sélectionnez toutes vos tables, puis vous choisissez l’option « optimiser la table » dans la liste déroulante. Grâce à cette action, les tables sélectionnées sont recréées en supprimant tout excès de données locales utilisées.

Par ailleurs, il existe plusieurs méthodes un peu moins contraignantes pour optimiser votre base de données en utilisant des plugins WordPress tels que :

  • WP-Optmiser
  • WP-Sweep
  • Optimiseur de nettoyage WP
  • WP Cleaner Pro
  • Nettoyeur de bases de données avancé

Gestion des paramètres de sécurité

Bien que WordPress soit un environnement hautement sécurisé, de nombreux facteurs externes peuvent ébranler la sécurité de votre site web (logiciels de serveur obsolètes, plugins et noyau obsolètes ou encore une mauvaise administration des serveurs). Ainsi, pour maintenir un haut niveau de sécurité pour votre site, il est important de :

  • Garder WordPress à jour
  • Veiller au respect des critères de sécurité élevé pour les mots de passe et l’autorisation d’utilisateurs
  • Sauvegarder WordPress en utilisant un bon plugin de sauvegarde
  • Utiliser des plugins de sécurité WordPress
  • Activer le pare-feu d’application web (WAF)
  • Utiliser les protocole sécurisés (SSL/HTTPS)
  • Limiter les connexions
  • Utiliser l’authentification à deux facteurs pour l’accès à votre compte administrateur

Comme nous l’avons dit au début, WordPress est un CMS qui regorge d’innombrables possibilités et d’une grande puissance. Ce système peut contribuer à la conception d’applications et interfaces web allant des plus simples au plus sophistiquées. Par ailleurs, il est important de veiller au suivi d’un certain nombre de règles et de techniques pour optimiser votre site web et le garder au top de ses performances.

Si vous avez besoin d’une expertise en matière de conception de sites web WordPress, contactez-nous !

Découverte d’Exasol, une plate-forme optimale pour l’analyse de données

De manière générale, lorsqu’on parle de système de gestion de bases de données, on fait référence aux logiciels permettant de stocker, de manipuler, et de gérer ou de partager les données de l’entreprise. Bien entendu, tout en cachant la complexité des opérations, le système de gestion de base de données permet de garantir la pérennité, la qualité et la confidentialité des informations.

Gestion des dépendances d’une application

Le développement de toute application, peu importe son but, nécessite généralement l’implémentation de fonctionnalités ou services standards tels que les logs applicatifs, les accès aux à bases de données, la manipulation des chaînes de caractères, les mécanismes de cryptographie, les fichiers de configuration, la gestion des écritures dans les fichiers, les dépendances, etc.
Ainsi, pour nous aider dans notre travail lié au développement et à la livraison d’applications, des outils et mécanismes particuliers sont mis en œuvre. Ceux-ci doivent donc prendre en compte un certain nombre de contraintes et exigences.
Nous allons présenter les trois principales contraintes qui conditionnent le bon fonctionnement des bibliothèques et des applications qui s’en servent.

Intégration aisée des bibliothèques

L’intégration des bibliothèques n’est pas toujours une tâche facile lors du développement d’une application.
Avec C/C++ la tâche est relativement difficile. Il faut donc commencer par l’installation des bibliothèques « .so » et des en-têtes « .h » nécessaires. Aussi, avec les langages comme Java ou Python, la tâche est facilitée. Pour cause, la portabilité des différents emplacements de l’installation.

Gestion des dépendances transitives

Un autre problème est celui de la gestion des dépendances transitives. Bien que le besoin d’utiliser des bibliothèques est évident pour les développeurs, ils doivent garder à l’esprit que celles-ci peuvent être liées par une interdépendance.

Une fois encore, la tâche est un peu moins facile avec C/C++. Le gestionnaire de paquets pourra installer tout le nécessaire si le packaging de la dépendance a été fait correctement. Le cas échéant, le développeur passe par long processus de recherche d’erreurs au moyen des exécutions du programme « make » à chaque niveau de dépendance.
Par contre, avec les autres langages, on s’en sort un peu plus facilement : Chaque bibliothèque (ou « module » par exemple si on pense au cas de Python) de dépendance, fournit un fichier particulier. Dan ce dernier, il y a l’indication de ses propres dépendances. Ensuite, de manière récursive, l’outil (par exemple, maven pour Java ou pip pour Python) s’occupe du rapatriement du nécessaire.

Isolation des applications

Pour deux applications différentes utilisant une bibliothèque commune, chacune évoluant dans le temps, on peut se retrouver avec deux cas de figures:
• une incompatibilité entre deux versions de la même application,
• une incompatibilité entre les deux applications.
Comme avec les points précédents, il est très difficile d’installer deux versions d’une même librairie avec C/C++. Dans des contextes tels que PHP, Python ou Javascript/NodeJS, il est possible de le faire avec les standards intégrés. Ainsi, ces derniers prennent le relai et opèrent le chargement des bibliothèques compatibles pour le projet.

Par ailleurs, avec Python, l’outil essentiel qui nous aide à garantir l’isolation des applications est son module intégré « venv » (anciennement l’outil tierce-partie nommé « virtualenv »). Il vous permet de créer des environnements virtuels. Aussi, chaque application peut fonctionner sans risque avec l’interpréteur Python et l’ensemble des dépendances embarquées. En l’occurrence (typiquement les modules installés au sein du répertoire « site-packages » spécifique de l’environnement en question). Regardez cette vidéo où nous faisons une démonstration de cette pratique dans le contexte du framework Django.

Que retenir ?

La gestion des dépendances est devenue une tâche incontournable spécifiquement sur les applications complexes. Les langages tels que PHP, Python et JavaScript, ceux que nous utilisons essentiellement chez Content Gardening Studio, ont tenu compte de certaines contraintes. Aussi, ils ont fait des efforts pour intégrer des mécanismes pour l’utilisation de dépendances externes. Avec Python en particulier, il y a un duo que le développeur doit prendre l’habitude d’utiliser, pour faciliter son travail : pip et venv. Regardez cette autre vidéo sur les pratiques liées à la gestion des dépendances.

Manipulation des formats de fichiers – Partie 1

Travailler de nos jours sur les différentes plateformes numériques requiert l’utilisation de nombreux formats de fichiers. En effet, manipulés par des applications ou des logiciels, ceux-ci contiennent des données que nous pouvons lire et analyser, ou que nous pouvons être amenés à mettre à jour.
Dans ce premier article d’une série sur les formats de fichiers, nous faisons une revue des formats « texte » que nous rencontrons le plus souvent dans les projets de nos clients, et nous vous montrons comment les manipuler avec Python. Dans les articles suivants, nous verrons le cas des fichiers de données tabulaires, celui des fichiers bureautiques, et pour finir, les autres types de fichiers qu’il est intéressant de savoir manipuler.

Si vous souhaitez utiliser cet article de manière pratique, il est accompagné d’un notebook Jupyter et des fichiers de données des exemples présentés.
Vous retrouverez tous les éléments dans notre dépôt Github ici : https://github.com/ContentGardeningStudio/learning
_text_files_manipulation
Pour en savoir plus sur l’environnement d’exécution interactif Jupiyper et les notebooks, voir : https://jupyter.org/documentation

Le texte simple

Encore appelé fichier texte brut, le fichier texte simple est un document dont le contenu est exclusivement une suite de caractères. Ainsi, pour être précis, nous parlons ici des caractères imprimables, des caractères d’espace et du retour à la ligne.
Le fichier texte utilise nécessairement une forme spécifique de codage des caractères pouvant être une extension du standard des Etats-Unis, l’ASCII.

Ce type de fichier est généralement créé avec l’extension .txt ou .text, mais ce n’est pas obligatoire. Souvent, les ingénieurs ou administrateurs « système » manipulent des fichiers journaux (ou logs), générés par des logiciels sur des serveurs, et ayant des extensions différentes selon le logiciel.

D’ailleurs, pour le programmeur, l’extension n’est pas l’élément important ; votre programme peut avoir en entrée des fichiers générés par un logiciel ou une API, qui ont une extension inhabituelle, voire qui n’ont pas d’extension du tout.
Pour ouvrir un fichier texte existant sur votre machine, en lecture seule, nous utilisons la fonction « open() » en lui passant le chemin du fichier et le mode d’ouverture, ici la valeur ‘rt’ (avec ‘r’ pour Read et ‘t’ pour texte) ; cela retourne un objet représentant le fichier en cours de manipulation, et on peut lire son contenu via la méthode « read() » de cet objet. De plus, l’utilisation de l’élément de syntaxe « with » garantit que le fichier sera fermé après l’opération, donc la mémoire de la machine nettoyée, ce qui est important pour ne pas occuper de la mémoire inutilement.

Pour ouvrir un fichier texte en écriture, ce qui est valable que ce soit pour mettre à jour un fichier existant ou pour le créer, nous utilisons la variante avec la valeur ‘wt’ pour le mode et la méthode « write() » de l’objet représentant le fichier permet de passer la chaîne de caractère à écrire dans le fichier.

Sachez que nous avons également l’indicateur de mode ‘a’ (pour « append »), ce qui donne ‘at’ pour le texte, utile lorsque vous voulez ajouter du texte à la suite de l’existant.

Le HTML

Le format HyperText Markup Language (HTML) est le standard utilisé pour la création de sites web. Il est lu par les navigateurs qui interprètent tout le codage des textes, couleurs, liens hypertexte et autres éléments de formatage. Il permet également, via du code spécifique, l’insertion et la présentation d’images, de documents « audio » ou « vidéo », et plus.
Les fichiers HTML, tels qu’ils sont déployés sur les serveurs web, ont l’extension .html ou .htm.

Souvent, nous traitons du texte au format HTML en le récupérant automatiquement des pages web (techniques de « web scraping »), puis en l’analysant avec un parseur HTML. Dans d’autres cas, nous avons à disposition sur la machine le fichier HTML, et nous l’ouvrons pour traiter son contenu avec le parseur.

Pour manipuler du texte HTML dans le but d’en extraire les données, une technique relativement simple se base sur la bibliothèque tierce-partie de Python, « BeautifulSoup ». Et vous devez l’installer si besoin, en utilisant la commande suivante :
pip install bs4.

Comme vous le voyez à l’aide de notre notebook de démonstration, vous utilisez l’appel « BeautifulSoup(content, « html.parser ») » pour obtenir l’objet qui représente la structure HTML du fichier. Cet objet porte des méthodes telles que « find_all() », qui est très pratique pour trouver, dans le texte, tous les éléments correspondant à une balise donnée.

Le XML

Les échanges de données sont devenus des actions récurrentes dans les processus industriels. Le XML (Extensible Markup Language) a été inventé pour aider à faciliter ce type d’actions. On peut penser aux transferts de données sur les transactions, les produits, les données du personnel au sein des entreprises, ou les informations des marchés financiers.

Le format ou langage XML est basé sur des balises, comme le HTML, mais contrairement à ce dernier, le XML intervient en arrière-plan dans les traitements informatiques ; on parle souvent de « langage machine ».
Les fichiers XML utilisent l’extension .xml.

Pour analyser du XML avec Python, nous pouvons également nous baser sur « BeautifulSoup ». En vous référant au notebook, vous comprendrez rapidement la logique : ici, nous avons pu trouver tous les éléments correspondant à une balise XML donnée en utilisant « find_all() ».

Le JSON

Le JSON (JavaScript Object Notation) est un format de fichier dérivé du langage JavaScript. Comme le XML, le JSON sert aux échanges de données.
Dans un fichier JSON (fichier généralement d’extension « .json »), les données sont stockées de manière organisée, en utilisant des paires « clé / valeur ».

Même si nous en parlons ici, au sein de la catégorie des fichiers texte, le JSON est quand même un cas un peu spécial, dans la mesure où le contenu d’un fichier JSON représente un objet JavaScript (ou un tableau avec plusieurs objets). Étant un outil d’échange de données pour JavaScript, les valeurs stockées au sein du fichier peuvent être un nombre, une chaîne de caractères, null, true ou false, un objet JavaScript ou un tableau.

Pour manipuler du JSON avec Python, pas besoin d’un module tierce-partie. Ainsi, nous pouvons utiliser le module « json » inclus dans Python. La fonction « load() » du module sert à charger en mémoire la structure JSON contenue dans un fichier, à partir du descripteur du fichier obtenu en ouvrant le fichier comme tout fichier texte. Dans cet exemple, on obtient un objet Python, de type Dictionnaire.

Sachant que le dictionnaire est un type d’objet classique et omniprésent dans Python, nous sommes dans notre zone de confort pour exploiter ce résultat.

On peut aussi transformer une structure de données Python en JSON et stocker le résultat dans un fichier, le tout en une action. On parle de « sérialisation ». Pour sérialiser les données en JSON, on utilise la fonction « dump() » du module « json », comme le montre notre dernier exemple, en lui passant le dictionnaire Python et le descripteur du fichier ouvert en écriture.

Vous l’avez compris, comme « BeautifulSoup » pour les fichiers HTML et XML, le module « json » est très pratique pour manipuler du JSON.

Conclusion

Vous avez pu voir comment manipuler un fichier texte simple, le format de base de tout ficher content du texte imprimable.
De plus, pour les formats textuels spécifiques tels que HTML, XML, ou JSON, comme nous l’avons vu, il existe des outils (parseurs) pour manipuler les données de manière efficace. Nous nous sommes volontairement limités à BeautifulSoup pour le HTML / XML et json pour le JSON, mais il existe des solutions alternatives pour lesquelles vous pourriez opter selon votre besoin spécifique et vos contraintes.

Pour d’autres types de fichier texte, si vous devez extraire leurs données de manière précise, vous pourriez trouver le bon parseur en cherchant dans l’écosystème des bibliothèques Python.

Les 6 étapes clés du développement d’une application

Qu’il s’agisse du travail d’une agence technologique comme la nôtre ou d’un projet mis en œuvre par un entrepreneur avec son équipe de développement, concevoir une application web ou mobile passe par certaines étapes clés. Prendre en compte l’ensemble de ces étapes vous permet de définir une liste de choses à planifier et faire afin de bien mener votre projet de développement.

Les objets dans Python

Nous parlons d’objets pour désigner la même chose que des valeurs, Python étant un langage de programmation orienté Objet. Nous considérons de la même manière, comme des objets, un nombre, une chaîne de caractères, une liste de valeurs, une matrice pour des traitements mathématiques, etc.

Outil de signature électronique par Content Gardening Studio

Pendant longtemps, les entreprises et les particuliers ont fonctionné avec la difficulté de faire certaines actions à distance. Parmi celles-ci, il y a la signature de documents. Les distances, les frontières, les différences de fuseaux horaires…

Scroll to top